AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Un pensionnat dans une prison... Une nouvelle directrice psychopathe...
 

Partagez | .
 

 L'amusement n'attend personne [PV - Virgil]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
Feuille de personnage:
MessageSujet: L'amusement n'attend personne [PV - Virgil] Jeu 21 Jan - 0:34

détails
Arrivée en terre inconnue
L'amusement n'attend personne
ft. Virgil Delano
Ʃkaemp はは ™

Une belle journée ensoleillée, un parfum d'excitation flottant dans l'air … Oui, cela avait tout du début d'une nouvelle aventure. C'est sûrement pour cela que Lucylia se tenait plantée dans un hall, une valise en main et une sucette en bouche, elle remonta ses lunettes de soleil tel un serre-tête, secouant énergiquement son crâne pour faire remuer sa longue chevelure. Elle portait une robe d'été noire découvrant ses jambes jusqu'au moitié de ses cuisses et offrant à la vue de tous son généreux décolleté, à vrai dire, elle portait toujours des tenues légères peu importe la température extérieure.

Son casque sur les oreilles hypnotisaient son esprit, le noyant sous des mélodies entraînées tandis que sa main monta au bâtonnet blanc afin de le faire glisser entre ses doigts sentant ainsi le bonbon roulait sur sa langue, c'était un véritable plaisir à chaque fois qu'il fondait et se mêlait à sa salive pour lui apporter une saveur sucrée délicieuse. Enfin bref, que faisait-elle là ? Même elle, elle n'en était pas vraiment sûre, on lui avait bien fait un vague topo mais elle n'avait que vaguement écouté. Mais passons, cet endroit n'avait pas vraiment l'air d'une prison, c'était même plutôt pittoresque comme endroit et puis il y avait pleins de gens, c'était prometteur.

Plus elle observait les lieux, plus cela lui semblait être un parc d'attraction géant afin qu'elle puisse se divertir à sa guise, le Paradis en somme. Toute fois, il était temps pour elle de poser ses affaires dans sa chambre, il fallait donc trouver le chemin … La jeune femme tourna son regard vers la droite … Puis vers la gauche … Puis de nouveau à droite et encore une fois à gauche … Mouais … Cible trouvée ! Lucylia s'avança donc vers un  jeune homme passant par là qui avait le malheur, ou le plaisir suivant le point de vue, d'avoir posé les yeux sur elle. Lui adressant un magnifique sourire, elle lui demanda d'une voix amicale :
- Bonjour beau brun, pourrais-tu me dire où sont les chambres ?

Si quelque chose ne te va pas dis le moi. ^^

Revenir en haut Aller en bas
Virgil Delano
avatar
Masculin Messages : 41
Date d'inscription : 19/10/2015
Localisation : Un lieu tranquille
Humeur : Confus
Age : 19
Emploi/loisirs : Lire
Feuille de personnage:
MessageSujet: Re: L'amusement n'attend personne [PV - Virgil] Jeu 21 Jan - 1:35

Le soleil d'aujourd'hui avait une drôle de couleur, ou du moins, c'est ce que Virgil avait cru remarqué ce matin. Le hall tant qu'à lui, demeurait inchangé, vide, toujours vide durant les heures de cours, silencieux, encore plus qu'à la bibliothèque, c'était un son qu'il aimait entendre, le vide. Depuis le début du matin, Virgil se promenait dans le hall, de long en large, en collant les murs, et s'arrêtait après chaque tour complet, pour regarder à gauche et à droite, et puis pour ensuite retourner à son manège. L'aube avait passé depuis bien longtemps que Virgil continuait son manège, se murmurant maintes phrases incohérentes, et que les quelques passants qui s'aventuraient dans le hall ignorait complètement Virgil qui leur rendait la pareille.

Virgil venait de finir son dernier tour, regardant autour de lui, le gris éternel qui l'entourait, ces fantômes qui se tenait tranquille dans les classes autour de lui, les sons étranges qui venait parfois d'ailleurs pour se loger dans ses oreilles. Il ne pouvait s'empêcher de grimacer à chaque fois mais il tenait fortement son havresac pour se donner courage et tolérer le bruit incohérent. Il prit une grande respiration et autour de lui, le monde était devenu coloré, vivant et surtout, doux pour ses oreilles. Mais son repos fût de courte durée quand une voix amicale se fit entendre près de lui :

- Bonjour beau brun, pourrais-tu me dire où sont les chambres ?

Virgil se retourna envers la source de la dite voix pour se retrouver nez à nez devant une jeune femme, elle était proche, mais il avait oublié pendant un instant la présence de la demoiselle pour répondre à une question plus pressante : à qui parlait-elle? Il regarda partout, à la recherche du brun qu'elle avait mentionnée, mais il n'était nul part, dépit, il décida de répondre à la jeune femme qui semblait s'impatienter. Prit de gêne, il se frotta la tête avec sa main droite ganté, et il dit d'un ton qui chantait avec le vent :

-Désolé, mais je pense pas que votre brun soit-ici

Virgil prit le temps d'exprimer un soupir pour ensuite s'exprimer à nouveau :

-Mais permettez-moi de m'offrir pour vous aider à le retrouver, c'est le moins que je puisse faire n'est-ce pas?  
Dit-il avec un sourire franc sur son visage.

Virgil prit un peu de recul pour mieux observer son interlocutrice, habillée pour la saison estivale, un peu étrange en plein hiver, mais il se souvint que Shikido était une place où la neige n'était pas. Un suçon dans la bouche, cheveux mauves, accompagné d'une paire d'améthyste qui faisait office de yeux pour la belle. Des traits typiquement féminin accentuaient son corps. Il arrêta son observation, satisfait de savoir qu'elle n'était pas armée. Puis, avec un sourire sur son visage, il fît signe à la jeune femme pour avoir son attention, et il lui pointa le fond du hall de sa main ganté pour s'exprimer par la suite :

Allons-voir dans cette direction si votre brun ne serait pas là-bas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Feuille de personnage:
MessageSujet: Re: L'amusement n'attend personne [PV - Virgil] Jeu 21 Jan - 3:23

détails
Première prise de Contacte
L'amusement n'attend personne
ft. Virgil Delano
Ʃkaemp はは ™

Je ne peux pas le nier, Lucylia haussa un sourcil devant cet énergumène, elle en avait vu des personnes étranges dans sa courte vie mais lui, il semblait faire partit de l'élite de cette section. Enfin soit, il restait plutôt mignon et elle avait toujours préféré les … Simples d'esprit, c'était plus facile à manipuler. Mais là n'était pas la question du moment, pour l'instant il fallait dissiper le malentendu qui s'était instauré au sein de leur conversation … Par réflexe, elle saisit la main du jeune homme mais puisqu'elle n'était pas très chanceuse aujourd'hui, sa peau était cachée sous une paire de gant, ce n'était pas vraiment ce qui allait l'arrêter, elle remonta donc presque aussitôt ses doigts, cherchant le contact charnel pour administrer à cet inconnu une vague de bien-être qu'il le ferait se concentrer un peu plus. Tout en agissant aussi rapidement qu'elle le pouvait, elle s'exclama sur un ton toujours aussi agréable, penchant légèrement la tête sur le côté en le fixant dans les yeux :
- Mais voyons quand je dis « beau brun » de qui d'autre veux-tu que je parle si ce n'est toi ? Son regard remonta très légèrement sur la chevelure de son interlocuteur avant de se plonger dans ses iris de nouveau. Je ne suis pas très douée avec les couleurs excuse moi.

L'écho de la voix de la demoiselle dans ses propres oreilles avaient le don de l'agacer, y avait-il seulement quelque chose de vrai dans ses paroles ? Enfin certes, elle le trouvait plutôt à son goût physiquement et elle s'adressait à lui mais le timbre de sa voix, le ton employé, la gestuelle de son corps … Tout était calculé aux millimètres près pour être agréable à la personne de qui elle voulait capter l'attention … Habitude de travail je suppose … C'était pourtant profondément ennuyeux, elle ne se détendait jamais, ne faisait que réfléchir à ses gestes et ses mots, toujours faire attention, ne jamais commettre d'erreurs. C'est pour cela qu'elle écoutait de la musique, son casque la coupait du reste du monde et les diverses chansons la berçaient dans un monde illusoire où elle n'avait pas besoin de parler. Les mélodies la caressaient et lui apportaient le bonheur sans qu'elle est besoin de les manipuler, c'était tout ce dont elle avait besoin.

Enfin bref, elle avait une chambre à trouver, une valise à porter et il était hors de question qu'elle le fasse seule, son voyage l'avait épuisé … Cela faisait plusieurs nuits qu'elle ne dormait plus, cauchemardant à chaque fois que ses yeux se fermaient, à tel point qu'elle commençait à développer une peur du sommeil … Du moins si cela était possible. C'est bien pour ça qu'elle était heureuse de changer d'air, de voir du pays, elle espérait qu'ainsi elle cesserait de ressasser des mauvais souvenirs et pourrait enfin s'envoler au pays des rêves en toute tranquillité.

Je préférai te laisser choisir si Lucylia réussissait à le toucher ou non. ^^

Revenir en haut Aller en bas
Virgil Delano
avatar
Masculin Messages : 41
Date d'inscription : 19/10/2015
Localisation : Un lieu tranquille
Humeur : Confus
Age : 19
Emploi/loisirs : Lire
Feuille de personnage:
MessageSujet: Re: L'amusement n'attend personne [PV - Virgil] Jeu 21 Jan - 4:45

Virgil, qui était souriant, devint rapidement perplexe face à la froideur qui semblait émanée de son interlocutrice. Puis il se rapprocha d'elle pour mieux observer le phénomène qui se déroulait devant ses yeux. À son insu, la demoiselle se mit a jouer avec les manches de son chandail long, et il sentit quelque chose touchée sa peau, des doigts! Mais l'instant de panique fût très cours et bref, car au moment qu'il fût touché la panique disparût instantanément, et cette peur instinctive qu'il avait d'être toucher n'était plus, laissant place à des sentiments plus positifs, tel que le bonheur, la joie, la béatitude,  tout en oubliant qu'il fût touché par quelqu'un, encore plus un contact peau-à-peau. D'habitude Virgil aurait paniquer comme un fou, mais cette femme n'avait rien de routinier. Après ce court instant, ses cinq sens fragiles lui revint, pour ensuite entendre ce que la jeune femme avait à dire :



Mais voyons quand je dis « beau brun » de qui d'autre veux-tu que je parle si ce n'est toi ?

Virgil rougit instinctivement, sans savoir pourquoi, mais ce regard le rendait joyeux, un sourire béant s'afficha sur ses lèvres, et il n'eut aucun temps pour répondre qu'elle avait continuée son dialogue.

Je ne suis pas très douée avec les couleurs excuse moi.

Elle venait de s'excuser, Virgil ne savait plus où en donner de la tête, à chaque fois qu'elle parlait, il se sentait hypnotisé par sa voix, chaque regard qu'elle lui lançait le paralysait à tout coup, mais il devait répondre, donc il prononça la première chose qui lui était venu en tête :

-… tu… est daltonienne alors….

Sa voix timide n'était qu'un murmure prononcé faiblement, il ne savait plus quoi faire… ou ce qu'il faisait, il était tout simplement mesmérisé par la nouvelle venu. Pourquoi? Virgil essayait de le savoir aussi, la situation le rendait confus, mais ô combien heureux? Quand était la dernière fois qu'il avait vécu un bonheur qu'il ne pouvait qualifier seulement que de divin? Lui même l'ignorait, mais son corps ne voulait plus répondre qu'aux signaux non-verbaux de la femme, admettant sa défaite, il décida alors de voir où ce sentiment l’emmènerait.

Un peu plus détaché cette fois-ci, il se mit a fixer la belle qui semblait perdu elle-aussi dans ses pensées, mais c'était les yeux de la demoiselle qui le désarmait totalement, un beau bleu, vif, clair, opaque, plus vrai que le kazanite, aussi précieux qu'un saphir, mais il aurait juré qu'ils étaient violets la première fois qu'il avait regardé. Néanmoins, ses questions pouvait attendre, la jeune femme avait assez attendu elle.

Machinalement, il enleva sa paire de gants pour se dénuder les mains, il fit quelques flexions avec ses doigts, les ouvrant puis les refermant. Après cet exercice  soudain, il prit la valise de la jeune femme et regarda autour de lui, il semblait réfléchir profondément mais il revint rapidement à ses sens pour regarder, avec tout les efforts qu'il pouvait et prononça maladroitement cette phrase qu'il voulait rassurante :

-N'aie.. crainte, Saphir

Sur ces mots, il amena sa main tremblante,en fait tout son corps tremblait ,sur l'épaule droite dénudée de la jeune demoiselle, et il effectua une transition dans le monde de l'éther, cela fut rapide, et le monde vibrant et coloré fut remplacé par un monde gris, froid, et translucide. L'état émotionnel de Virgil vint de prendre de l'ampleur au contact de la belle, ce qui eut pour effet de galvaniser le plaisir et cet étrange  sentiment qu'il éprouvait en direction de la fille. Laissant de côté de sa gêne, il se rapprocha d'elle pour aller vérifier son état à elle, il se sentait inquiet pour la jeune, et lui prit sa main pour ensuite la lâcher avec stupeur. Virgil sentait tout son corps en émoi, une passion le dévorait quand il rentrait en contact physique avec la belle, mais son désir d’obtempérer a ses requêtes étaient plus fort, donc il s'approcha du mur, et invita Saphir a le suivre alors qu'il venait de passer à travers du mur vers une direction inconnue.


Dernière édition par Virgil Delano le Jeu 21 Jan - 5:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Feuille de personnage:
MessageSujet: Re: L'amusement n'attend personne [PV - Virgil] Jeu 21 Jan - 5:05

détails
Oh mon Dieu !
L'amusement n'attend personne
ft. Virgil Delano
Ʃkaemp はは ™

Le pouvoir de la belle était plus qu'efficace sur le jeune homme, était-ce surprenant ? Le moins du monde, après tout, elle n'avait jamais rencontré quelqu'un capable de résister à son touché. Ce qui était plus particulier, ce fut le stress intense qui envahie Lucylia, stress renforçé par le fait que cela ne venait pas d'elle mais de lui, de ce fait elle sentait parfaitement qu'elle éprouvait un sentiment qui ne lui appartenait pas, c'était fort désagréable et pourtant elle était assez habituée à ce genre de sensation de perte identitaire. L'inconnu murmura quelques mots que l'anglaise se contenta d'ignorer, elle n'avait rien à répondre à cela et n'avait pas envie de le faire, de ce fait il n'y eut qu'un léger rire qui s'échappa de ses lèvres et un mouvement de tête pour indiquer que non, elle n'était pas daltonienne.

Après ça, un certain silence, pas particulièrement très long, juste un temps pour sa victime d'arriver à pleinement prendre goût aux nouvelles sensations et pour elle se rhabituer au malaise qui vous donne envie de vous recroqueviller sur vous même, la tête entre les mains. Mais passons voulez-vous, l'étranger retira ses gants, balbutiant quelques mots plus ou moins rassurants, il paraissait aux yeux de la jeune femme tellement adorable qu'elle le laissa entièrement faire, n'ayant pas le cœur de prendre les directives en le voyant en si bon chemin. Il vint poser par la suite sa main sur son épaule et le monde les entoura changea du tout au tout sans réellement changer … C'était difficilement explicable … Les couleurs n'existaient plus, tout comme les odeurs, chaque sens étaient perturbés à sa manière. Tout semblait visible mais rien ne semblait tangible, la criminelle balada son regard rapidement autour d'elle sans vraiment tout comprendre.

Elle avait tant de questions … Mais surtout … Ce changement la perturbait grandement dans sa concentration, elle avait plus de mal à gérer le stress, sa respiration s'accéléra ainsi que les battements de son cœur. Le jeune homme lui saisit alors la main pour la relâcher aussitôt mais, dans un élan de panique, Lucylia vint agripper sa main, la joignant à la sienne en entremêlant leur doigt, elle ne voulait pas céder à la panique mais tout lui semblait parfaitement différent et c'était beaucoup trop étrange. Pourtant elle s'efforça de sourire à son guide, le suivant au travers un mur comme si il s'agissait de quelque chose de banal. Peut-être était-ce dû au lien naissant entre eux de par son don ou bien de la nervosité qu'il lui communiquait mais elle se sentait en confiance avec lui.

La scène est très amusante à visualiser je trouve X)

Revenir en haut Aller en bas
Virgil Delano
avatar
Masculin Messages : 41
Date d'inscription : 19/10/2015
Localisation : Un lieu tranquille
Humeur : Confus
Age : 19
Emploi/loisirs : Lire
Feuille de personnage:
MessageSujet: Re: L'amusement n'attend personne [PV - Virgil] Jeu 21 Jan - 5:55

Virgil partait pour travers le mur, quand quelque chose vint s’agripper à sa main et s'entremêler à ses doigts. Il  se retourna vivement la tête pour voir ce qu'il arrivait, et ce qu'il vu lui fit fondre le cœur, ou plutôt, le regard bleu perçant de la jeune femme qui transpirait la peur, il voulait l'aider, tout son être criait pour qu'il agisse, pour qu'il encourage Saphir à accepter ce monde, aussi étrange qu'il pouvait bien être. C'est en cette instant que Virgil réalisa qu'il éprouvait un désir particulier, un désir qu'il n'a jamais pu assouvir, celui d'être compris,mais il y avait bien d'autre choses qui ne cessait de se bousculer dans sa tête quand il l'a regardait, plusieurs choses dont il n'avait jamais soupçonner être capable d'éprouver, le plus longtemps qu'il maintenait son regard en sa direction, son désir inavoué gagnait en puissance et il n'en pouvait plus, il prit une décision audacieuse, pourquoi? Il ne le savait pas, il ne voulait pas le savoir, il était heureux, et il souhaitait de tout son être que Saphir soit aussi heureuse, encore, cela était une chose qui le dépassait…

Alors qu'il était lié à la belle, il tira de sa main droite pour l'amener vers elle, et traversèrent le mur ensemble. C'est dans cette lancée qu'il vint se collé à la femme aux cheveux sauvages, pour ensuite l'étreindre doucement, dans un effort pour tenter de lui donner le réconfort qu'elle cherchait. Étonnamment pour le jeune fou, cette étreinte vint le calmer à son tour, toute cette passion furieuse vint se calmer, le beau temps après l'orage, il vint à réaliser la proximité qu'il avait avec la jeune femme, mais cela ne le dérangeait nullement, au contraire, ce bonheur divin approchait un paroxysme qu'il n'avait jamais ressenti au par avant, mais il arrêta de penser à lui, il se senti égoïste et retourna toute sa concentration en direction de la belle.

Reste calme Saphir, tout va bien, ne panique pas, la peur ne fait pas honneur à ton beau visage.


D'un ton calme mais faible, Virgil s'était exprimé avec une assurance dont lui-même en ignorait l'existence, mais il avait raison, ils avaient rien à craindre, ici rien n'arrivait jamais de toute façon.
Virgil maintenu l'étreinte, fixa les saphirs qui le dévisageait, de sa main libre, il vint replacer une mèche de cheveux tout en parlant de sa voix calme :

Tu n'as rien à craindre ici, c'est paisible comme endroit, et c'est différent, regarde.


Lentement, ils commencèrent à rentrer lentement dans le sol, puis, à la même vitesse, ils avaient sortis du sol. D'un sourire qui se voulait encourageant, il continua :

Ici rien n'est vraiment solide, donc tu n'as pas à t'inquiéter.


Il regarda autour de lui, et il pointa la prison.

Regarde, on est pas loin des dortoirs!

La prison était effectivement proche, mais elle semblait morte à cause du manque flagrant de couleurs dans ce monde étrange qui était celui de Virgil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Feuille de personnage:
MessageSujet: Re: L'amusement n'attend personne [PV - Virgil] Jeu 21 Jan - 6:14

détails
Présentation Tardive
L'amusement n'attend personne
ft. Virgil Delano
Ʃkaemp はは ™

Traverser un mur était une expérience … Traumatisante et excitante à la fois, Lucylia n'avait d'ailleurs pas pu s'empêcher de fermer les yeux le temps du passage, c'est pourquoi elle fut bien étonnée de sentir son interlocuteur la ramener tout contre son corps. Il l'enlaça dans une étreinte chaleureuse et réconfortante, lui adressant des paroles qu'elle n'avait jamais entendu auparavant, le rouge lui monta même aux joues, très légèrement. Mais elle ne pouvait pas sourire à de telles paroles qui ne lui étaient pas réellement, cela fit monter une certaine haine en elle, une haine adressait à son pouvoir, elle voulut alors repousser son guide et le traiter de menteur … Mais savait pertinemment que cela était stupide, il ne comprendrait même pas … De toute façon dans une heure ce serait terminé et il la détesterait certainement pour les mêmes raisons qu'elle s’insupporte immédiatement.

Enfin passons, la prison était en vu, c'était déjà une très bonne chose, la demoiselle avait hâte de pouvoir poser sa lourde valise dans sa chambre … D'ailleurs elle ne réalisait que maintenant mais … Elle avait une chambre dans une prison, c'était une première ! Cette idée la fit rire aux éclats, elle avait beau se sentir idiote de sa réaction, elle riait tout simplement. Il fallait le reconnaître, il l'avait vraiment aidé à se détendre et s'était agréable de retrouver l'harmonie de ses sentiments. Toute fois en y repensant, ne venait-il pas de l'appeler Saphir ? Ce n'était définitivement pas son nom. Tournant son regard vers le jeune homme elle lui fit un grand et beau sourire avant de se présenter :
- Je suis Lucylia Nicclas, et toi ?

Avant qu'il ne donne sa réponse, elle émit des hypothèses sur les origines du bel inconnu, il ne semblait pas être si différent l'un de l'autre … Peut-être un européen, quoi qu'il avait un léger accent dans sa voix qui pouvait laisser sous-entendre qu'il venait d'Amérique du Nord voir peut-être au-dessus encore … C'était un peu trop difficile, bien qu'elle jouait à ce jeu depuis longtemps, elle se trompait à chaque fois, elle n'était pas bonne pour deviner la nationalité des gens, c'était assez affligeant. Enfin bref, les dortoirs se trouvaient désormais à porter de doigts, bientôt, elle serait chez elle, accompagné d'un jeune homme mystérieux aux pouvoirs incroyables.

La scène est très amusante à visualiser je trouve X)

Revenir en haut Aller en bas
Virgil Delano
avatar
Masculin Messages : 41
Date d'inscription : 19/10/2015
Localisation : Un lieu tranquille
Humeur : Confus
Age : 19
Emploi/loisirs : Lire
Feuille de personnage:
MessageSujet: Re: L'amusement n'attend personne [PV - Virgil] Jeu 21 Jan - 6:44

Virgil garda l'étreinte jusqu'à temps qu'il vit une haine soudaine apparaître sur le visage de la belle qui le dévisageait, ahuri, il pris un pas de recul pour ensuite se tourner en direction opposée de la jeune femme qui était là, avec elle. Même hors de vue, elle restait dans ses pensées les plus intimes, puis un rire qui ne sût y résister vint le déranger et il se retourna vivement. Devant lui se trouvait une femme, un humain, qui riait malgré la morosité de ce vieux monde mort et décrépi. Le contraste avait crée une ironie qui n'échappait pas à Virgil, de la joie dans un monde sans vie, il ne put s'empêcher de sourire à cette vue. Il eût l'impression qu'une éternité avait passé quand la belle mit fin à son doux rire, il était revenu à ses esprits, et son accompagnatrice aussi, qui entama les présentations :

- Je suis Lucylia Nicclas, et toi ?

Lucylia… Ce nom ne lui collait pas, Saphir sonnait mieux, sa gêne semblait être parti en sa présence, deuxième tentative d'audace de la journée, il tenta du mieux qu'il pouvait de répondre honnêtement à « Lucylia » :

Pour les autres tu est Lucylia, pour moi, tu est Saphir, ce nom te va à ravir tout simplement. Tu est comme le saphir, brillante, précieuse, rare, vive, de toutes les couleurs, belle, vivante…

Virgil reprit son souffle, tremblotant, mais satisfait, étrange sentiment que de communiquer avec quelqu'un d'autre…

Je suis Virgil Delano, au fait!

Il venait de réaliser qu'il avait oublier de se présenter avant de partir sur son explication, gêné, il apporta sa main droite sur sa tête pour la frotter vigoureusement. Tout aussi vite il se remit à parler :

-Tu est britannique? Tu as en l'accent du moins, je suis canadien… Je crois, je sais ne plus, mais c'est pas important de savoir ça en prison

Il afficha un sourire qui se voulait réconfortant et prit la main de la douce pour la traîner en direction de la prison, ils se mirent à flotter pour atteindre le deuxième étage, et encore ils traversèrent un mur, où Virgil se colla encore à Lucylia, et rendu au dortoirs, il regarda Saphir, toujours prise dans son entreinte :

-Ta chambre est où?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Feuille de personnage:
MessageSujet: Re: L'amusement n'attend personne [PV - Virgil] Jeu 21 Jan - 7:08

détails
Réflexion ~
L'amusement n'attend personne
ft. Virgil Delano
Ʃkaemp はは ™

Elle pouvait l'affirmer sans problème, elle adorait le voir sourire, ça lui donnait un côté mignon et puis ça lui allait vraiment bien. En tout cas, elle l'écouta faire son explication sur le fameux nom « Saphir » qui avait tant interloqué la demoiselle quand elle l'avait entendu, bien que le discours était touchant, elle se contenta de sourire tout en soupirant intérieurement, on lui servait un discours du même registre quasiment tous les jours, ou du moins quand elle utilisait son pouvoir, elle n'était donc plus charmée par de telles paroles. C'est dans ces cas là qu'elle regrettait de ne pas faire partie de ces femmes qui adoraient qu'on les flatte pour nourrir leur égaux surdimensionné.

Enfin bref, il se présenta à elle, il se nommait Virgil et était canadien, il reconnut d'ailleurs immédiatement, de par son accent, qu'elle était britannique, c'était très impressionnant, du moins aux yeux d'une idiote qui n'arrivait jamais à le deviner du premier coup. De ce fait, elle le complimenta avec beaucoup d'admiration, tout en confirmant ses origines. Mais maintenant qu'ils se connaissaient un peu plus, il était temps de traverser pour la seconde fois un mur, c'était toujours aussi riche en émotion, toute fois son accompagnateur la prit de nouveau dans ses bras. Lucylia se laissa faire bien entendu, appréciant toujours ces contacts tendres. Le regard des deux prisonniers se croisèrent et il lui demanda qu'elle était sa chambre.

Ah oui … C'est vrai … La jeune femme se mit à réfléchir intensément, elle l'avait sur le bout de la langue mais n'arrivait pas à se rappeler exactement. Elle ouvrit sa main gauche et en regarda la paume avant de la tendre à son guide, elle avait pensé à le marquer au stylo pour ne pas l'oublier … Pour une fois qu'elle avait pensé à quelque chose d'intelligent qui ne nécessitait pas de manipuler quelqu'un, je pense que nous pouvons l'applaudir. Une fois que son compagnon eut finis de prendre connaissance des coordonnés de la destination, elle vint récupérer le bâtonnet blanc qu'elle avait dans la bouche, il n'y avait plus de bonbon depuis longtemps, c'était un peu triste d'ailleurs.

Ne sachant pas vraiment quoi en faire, elle se mit à se demander ce que cela ferait si elle le laissait tomber dans cet autre monde étrange mais bon, même si la curiosité était son défaut principal, avec la malice bien entendu, elle se contenta de le garder en main jusqu'à ce qu'elle trouve une poubelle pour l'y jeter. On ne sait jamais, une fin du monde est si vite arrivée de nos jours. Ses yeux se posèrent ensuite une fois de plus sur Virgil, qu'allait-elle faire de lui une fois qu'elle serait dans sa chambre ? Certainement lui donner une récompense pour son dur labeur avant de le laisser partir … C'était comme ça que les choses devaient se passer de toute façon, tous les rêves doivent se finir à un moment n'est-ce pas, et cela est toujours un peu plus tôt que ce que l'on aurait espéré.

T'inquiète, je compte pas finir le RP maintenant Wink

Revenir en haut Aller en bas
Virgil Delano
avatar
Masculin Messages : 41
Date d'inscription : 19/10/2015
Localisation : Un lieu tranquille
Humeur : Confus
Age : 19
Emploi/loisirs : Lire
Feuille de personnage:
MessageSujet: Re: L'amusement n'attend personne [PV - Virgil] Jeu 21 Jan - 7:44

Virgil ressenti encore cette vague de froideur qu'il l'avait frappé tantôt. Cela fût bref, mais assez pour calmer ses ardeurs ne serait-ce que pendant un moment fugitif. Durant ce moment, plusieurs questions se bousculèrent et une crainte sournoise s'installa brièvement, avant de repartir avec le moment de lucidité qui avait habité Virgil. Il venait de réaliser de quoi, mais il ne pouvait pas donner le terme exacte ni ce qu'il vivait vraiment, cette fille en était la cause, mais c'était nullement déplaisant pensa-t-il. Captivé par Lucylia, il l'a vit tendre sa main, ou plus précisément sa paume dont un nombre était écrit par un crayon: 42. Virgil comprit immédiatement où elle voulait en venir, et sans hésiter, il prit la belle par la main et l'amena avec lui à travers son voyage dans le dédale des dortoirs. Mur après mur, Virgil passa sans prendre compte des fantômes translucides qui habitait les pièces de temps en temps. Ces fantômes étaient en fait les résidents du pensionnat, qui ignorait la présence des deux jeunes qui se promenait nonchalamment dans leur propre chambre à leur propre insu. Après cette courte promenade, en coupant dans à travers le complexe de la prison, ils arrivèrent enfin dans la chambre de la demoiselle.

Pour vérifier si ils étaient bels et biens au bon endroit, Virgil sortit sa tête hors de la porte pour regarder le nombre qui était identique à celui qui était inscrit sur la paume de Saphir. Satisfait, il se retourna pour faire face à Lucylia. Ils étaient là, ELLE était là, souriante? Pensive? En colère? L'information qu'il apercevait en observant la belle était contradictoire. Se trompait-il? Était-ce un mélange de ces 3 émotions? Il ne saurait le dire exactement mais il peut par exemple, affirmer qu'en ce moment, il était en présence d'une être qui désirait. Cela sonnait étrange dans sa tête, il soupçonnais une illusion, ou un charme quelconque, comme toute bonne histoire de Voodoo, l'hypothèse le plaisait bien mais son désir était plus fort que sa raison. Il se laissa alors guider par sa passion et s'approcha de la belle demoiselle, déposa la valise à ses pieds, et puis, avec son regard d'argent, il planta son regard dans celui de Lucylia, en tentant de démêler le vrai du faux, mais peu importe ce qu'il faisait, il y avait quelque chose qui ne voulait pas partir, malgré toute la raison du monde. Il ne put s’abstenir de sourire, d'être heureux, ce sentiment factice lui était maintenant vrai, c'était son bonheur à lui et à personne d'autre.

Il prit avec délicatesse les mains de la femme qui étaient face de lui, ses mains moites sur sa peau douce, ses yeux qui change du violet au bleu clair, il s'approcha lentement du visage de la douce, n'écoutant que son coeur, il amena ses lèvres proche des lèvres de poupée de Saphir… Il s'arrêta subitement, lâchant un soupir et dit tout simplement :

-Je ne peux pas abuser de toi, Saphir...


Souriant tristement, il prit la valise, et effectua la transition vers le vrai monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Feuille de personnage:
MessageSujet: Re: L'amusement n'attend personne [PV - Virgil] Jeu 21 Jan - 8:03

détails
~ La récompense ~
L'amusement n'attend personne
ft. Virgil Delano
Ʃkaemp はは ™

Des gens … Non des fantômes ? … Ils parcoururent des chambres passant à travers murs, meubles et personnes, c'était très déstabilisant et c'était d'autant plus inquiétant quand on savait que Virgil pouvait faire cela à sa guise … Espionner les filles ne devaient pas vraiment être un problème pour lui … Enfin bref, pouvait-elle vraiment se poser cette question ? Elle qui fut jadis une jeune fille de petite vertu, je ne pense pas, elle ne valait certainement pas mieux que lui et ce peu importe s'il avait tué père et mère avant d'arriver ici. Le tout est-il qu'ils étaient désormais dans la chambre 42, soit la chambre de Lucylia, toute fois, la belle n'était pas au bout de ses peines puisque son cher camarade se tourna vers elle plongeant ses yeux dans les siens. C'était toujours aussi grisant peu importe la personne, plonger dans les yeux de quelqu'un et n'y lire qu'un amour profond et sincère … Il y avait de quoi s'y tromper … Puis finalement, il s'approcha lentement, resserrant peu à peu la distance séparant leurs visages, elle put bientôt sentir le souffle chaud de ce garçon contre ses lèvres …

Mais il s'arrêta et avoua qu'il ne pouvait pas abuser du temps de la prisonnière plus longtemps, à vrai dire c'était tellement ironique qu'elle en esquissa un sourire avant qu'ils ne reviennent à une réalité auquel elle était plus habituée. Il était donc temps pour elle de briser le sort et pour lui de repartir n'est-ce pas ? Désormais elle était chez elle, dans cette chambre … Son regard se balada autour d'elle … Elle savait qu'elle n'avait aucune raison de ressentir autre chose que de la joie et de l'excitation, pourtant son cœur était serré dans sa poitrine. Cela lui prit quelques secondes avant de mettre le doigt sur son mal-être, prenant la main de son guide, sa voix s'éleva dans la pièce, sonnant comme une requête d'enfant :
- Virgil, attends … Je sais que je ne dois pas être égoïste mais … Tu veux bien rester avec moi un peu plus longtemps ? Je n'ai jamais été seule avant … Je veux dire, c'est la première fois que j'ai ma propre chambre … ça me fait un peu bizarre …

C'est vrai, même chez son riche papa, elle dormait avec le chien de la maison Zico, enfouissant sa main dans son poils douillet, dormant sans couverture car la chaleur de la bête suffisait amplement … Ici il n'y avait rien … Juste un lit, une armoire et Lucylia. Elle amena lentement son camarade jusqu'au lit afin qu'ils s'y installent confortablement, elle ne savait pas vraiment quoi faire, ni quoi dire mais elle finit par le regarder en secouant la tête, lâchant même un petit rire amer :
- En faite c'est stupide ! Oublie ma demande, je vais simplement te donner ta récompense pour te remercier de m'avoir amené ici et tu pourras partir, d'accord ?

Bien que sa phrase était à tournure interrogative, elle ne lui laissa pas le temps de répondre, prenant délicatement le visage de Virgil entre ses mains, elle vint déposer ses lèvres contre les siennes, partageant un baiser tendre.

Petit moment tristounet

Revenir en haut Aller en bas
Virgil Delano
avatar
Masculin Messages : 41
Date d'inscription : 19/10/2015
Localisation : Un lieu tranquille
Humeur : Confus
Age : 19
Emploi/loisirs : Lire
Feuille de personnage:
MessageSujet: Re: L'amusement n'attend personne [PV - Virgil] Jeu 21 Jan - 8:40

Virgil avait prit un peu de recul, de retour dans le monde physique, pour reprendre son souffle, et penser à ce qu'il venait de dire. Il se trouva idiot, pourquoi de ne pas avoir été jusqu'au bout? Elle était là immobile, mais le simple fait de l'embrasser ne l'excitait pas. À quoi bon embrasser un bout chair si le plaisir n'est pas partagé, même si il est divin ce plaisir, cela n'équivaut pas un plaisir partagé. Il ressassa les événements récents, chacun de ces moments était vrai, ne l'étaient-ils pas? Oui, ce sourire, ces yeux, la couleur de cheveux, son rire… Tout de cela était vrai, autant que l'enchantement qu'il vivait, encore là, vrai même si causé par une influence quelconque, l'amour reste une émotion, on ne peut pas la vivre si on en pas la capacité à la ressentir. Virgil était en plein conflit émotionnel, mais son regard ne pouvait arrêter de la regarder, elle aussi, perdu dans ses pensées. Virgil qui apprécie normalement le silence, le trouvait lourd cette fois-ci, dérangeant. Alors qu'il s'en allait pour parler, ou du moins, allait essayer, Lucylia le devança et prit parole à l'avance :

- Virgil, attends … Je sais que je ne dois pas être égoïste mais … Tu veux bien rester avec moi un peu plus longtemps ? Je n'ai jamais été seule avant … Je veux dire, c'est la première fois que j'ai ma propre chambre … ça me fait un peu bizarre …

Il regarda la main de la belle jeune qui était dans la sienne, la palpitation reprit son cours, encore ce vrai sentiment, il ne pouvait pas s'en dissocier, mais c'était la réciprocité du sentiment qui était sujet à questionnement. Il n'avait pas besoin de considérer sa requête pour y acquiescer mais il se demandait si c'était pour le mieux, il semblait avoir un contrôle, ou plutôt une réalisation sur son état, mais il ne le trouvait pas déplaisant. L'amour est bel et bien un produit de la folie comme Érasme le disait si bien… L'amour est égoïste après tout… Son fil de pensée fut coupée court par une interruption de la douce :

- En faite c'est stupide ! Oublie ma demande, je vais simplement te donner ta récompense pour te remercier de m'avoir amené ici et tu pourras partir, d'accord ?

Récompense? Virgil ne reçu aucun répit, avant même qu'il puisse réfléchir ou même agir, deux mains se plaquèrent sur son visage, et une paire de lèvres sulfureuses se collèrent au sienne pour donner un baiser qui dépassait tous ses attentes, son premier baiser était presque parfait, car il y avait une attente qui ne fût pas atteinte : La réciprocité du sentiment. Il y avait compris .Le baiser avait semblé avoir duré pour toujours, mais il ne pouvait pas taire ce petit problème mais il soupira, et enlaça Lucylia et intoxiqué, il laissa libre cours à sa parole :

Stupide?Non, aucunement, et puis, je n'ai jamais demandé de récompenses. Le bonheur de l'un est amplement suffisant non?

Il afficha un petit sourire et continua :

Tu est seule, voilà tout, je le suis aussi, tous est seul un jour ou l'autre, c'est inévitable. Le problème, c'est que le sentiment n'est jamais partagé, ce n'est qu'un outil pour toi, il dur d'aimer si on manipule ce même sentiment, cela donne une vision blasée mais inexacte tout simplement.

Il regarda intensément Saphir, lâchant un soupir :

Tu est capable de rire pourtant… Bouge pas intima-t-il à la belle

Il se leva hors du lit, et il se mit à fouiller dans son havresac pour en sortir une calepin à dessin et une crayon.

Laisse moi immortaliser ce moment
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Feuille de personnage:
MessageSujet: Re: L'amusement n'attend personne [PV - Virgil] Jeu 21 Jan - 9:00

détails
Surprise, Dessin what's else ?
L'amusement n'attend personne
ft. Virgil Delano
Ʃkaemp はは ™

Le baiser fut exactement comme elle s'y attendait, léger mais tendre, maladroit mais addictif, mensongé mais si vital. Puisqu'elle avait fermé les yeux pour partager ce moment qui n'était que pour Virgil et Lucylia, des images inondèrent la vision imaginaire de la demoiselle, des souvenirs, toutes les personnes qu'elle avait manipulé … D'une certaine manière elle ne pourra jamais les oublier à cause du lien qu'elle nouait de force … Intoxiquée toujours un peu plus par leurs négativités … Les hommes étaient négatifs de nature … Mais le plus douloureux restait son Père dans les derniers jours, elle avait usé sa pensée, réécrit ses sentiments en griffonnant comme sur une feuille de brouillon, au point que cela le torturait, le détruisait et la détresse qu'elle sentait quand elle le touchait dans les derniers instants, elle ne pouvait plus l'effacer de ses souvenirs, comme une cicatrice indélébile. Le désir était une chose puissante et malsaine … A force de trop désirer quelque chose on finit par vouloir la détruire …

Quand leurs lèvres se séparèrent de nouveau et qu'elle rouvrit ses paupières, elle resta surprise de ce qu'elle lisait dans les yeux de son partenaire … C'était … Une affection amer, le jeune homme s'adressa à elle mais elle se leva brusquement, bousculée par ses remarques, ne sachant pas répondre, au plutôt n'osant pas le faire. Elle tourna un peu dans la pièce, se rassit, il parlait qu'elle pouvait rire, certes elle le pouvait, car selon elle la vie ne valait pas la peine si on ne l'abordait pas positivement. Il se leva ensuite à son tour, elle ne le quitta pas des yeux une secondes, l'observant avec une intensité qui aurait pu lui faire brûler la peau. Elle avait véritablement quelque chose d'animal, comme une bête sauvage face à un être inconnu, tantôt défensive, tantôt intéressée. Il sortit un calepin à dessins et un crayon, prétextant vouloir immortaliser cet instant.

L'amertume dans le cœur de Lucylia amplis toute sa poitrine, elle sourit malgré tout, acceptant avec un enthousiasme surprenant. Elle avait assez joué pour aujourd'hui, elle était prête à laisser son pouvoir perdre ses effets, c'était d'ailleurs mieux qu'ils soient dans la même pièce. Même si la grande majorité du temps ses victimes, du moins pour celles qui étaient exposées aussi longtemps que Virgil au contact de la douce, s'énervaient contre elle, l'insultaient, cherchaient à lever la main sur elle, au moins, elle pouvait leur expliquer la situation et les aider à faire la transition entre les sentiments qu'elle créait de toute pièce et la réalité. Enfin, la jeune femme s'immobilisa parfaitement, demandant simplement :
- Parles moi de toi, Virgil, s'il te plaît.

Oui je me crois au théâtre X)

Revenir en haut Aller en bas
Virgil Delano
avatar
Masculin Messages : 41
Date d'inscription : 19/10/2015
Localisation : Un lieu tranquille
Humeur : Confus
Age : 19
Emploi/loisirs : Lire
Feuille de personnage:
MessageSujet: Re: L'amusement n'attend personne [PV - Virgil] Jeu 21 Jan - 9:32

Virgil prit un bon moment la regarder, immobile, telle une statue taillé dans le marbre. Il avait commencé à griffonner un peu quand elle lui posa cette question :

- Parles moi de toi, Virgil, s'il te plaît.

Cette phrase résonna longuement dans son crâne, il était en plein processus d'analyser la question, puis il arriva rapidement à une conclusion :

-Bien sûr Saphir, mais après ça va être ton tour d'accord? Conclut-il avec un sourire honnête

Il continua à faire deux trois brouillons pendant qu'il réfléchissait à parler de lui, quoi dire  franchement? Il avait trouvé sa réponse, ou du moins, ce qu'il allait dire. Il déposa le calepin sur ses genoux, et en regardant le plafond, il se mit à monologuer :

Par où commencer? Moi même je ne connaît pas mon histoire dans ce monde. Je serais né dans un village fermier, en Saskatchewan, si on en crois les dossiers, j'aurai tué ma famille, dont je n'ai aucun souvenir, et je voyage d'asiles en asiles, depuis 4 ans avant de tomber sur Shikido. Aussi, on m'a souvent dit que j'avais des excès de colère et de rage, mais j'en ai aucun souvenir…

Il reprit son calepin et il se mit à dessiner vivement son modèle qui se tenait debout, lui-même dans une période de réflexion, était-il ici de son propre chef? Il l'ignorait, mais elle était sympathique malgré tout pensa-t-il…

Ensuite, j'ai 18 ans, je suis amateur de philosophie et de littérature, de fantastique, mythes et légendes, se sont surtout des hobbies qui ne demandent pas beaucoup de socialisation, ou d'être en groupe, j'ai peur des foules…


Alors qu'il y réfléchissait, plusieurs images apparurent dans sa tête, des cadavres mutilés, des sceaux dessinés dans le sang, des crânes rieurs… Sous l'effet de la douleur qu'il expérimentait, Virgil lâcha son calepin pour se tenir la tête entre ses deux mains. La tension montait rapidement alors que les images lui revenaient dans son esprit clair comme de l'eau de roche, son regard alla en direction de Lucylia, et son état mental semblait se stabiliser, confus, il regarda autour de lui, ramassa le calepin, et il continua son dessin comme si de rien n'était, sa seul réponse étant :

-Désolé, j'aime pas trop essayer de me souvenir, à chaque fois que j'essaie, j'oublie encore plus…

Il passa sa main droite dans ses cheveux, encore un signe de sa gêne, mais il souriait, car il était vraiment désolé de ne pas être capable de faire plus. Puis il se concentra sur son dessin pour le terminer. Il regarda son dessin avec grande attention, puis satisfait alla le montrer à Saphir

-Regarde! J'ai terminé

Souriant et enjoué, Virgil présenta son dessin, c'était une vague représentation du monde de l'éther, avec différents tons de gris qui agençait le dessin, et au centre, il y avait de dessiner une femme aux yeux d'améthystes, coiffé de serpents mauves, et qui riait au milieu de tout cela… Virgil en était fier puis il ajouta:

À ton tour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Feuille de personnage:
MessageSujet: Re: L'amusement n'attend personne [PV - Virgil] Jeu 21 Jan - 18:06

détails
Ta vie et la mienne
L'amusement n'attend personne
ft. Virgil Delano
Ʃkaemp はは ™


Lucylia écoutait son interlocuteur avec la plus grande attention, c'était d'ailleurs assez rare qu'elle s'intéressait à la vie d'autrui. Pas que cela ne l'intéressait pas, juste qu'elle estimait que c'était bien assez d'aspirer leurs maux intérieurs, elle n'avait pas besoin de s'investir d'avantage dans leurs problèmes. Une façon de rester en sécurité, protégeant ainsi son propre équilibre psychologique déjà un peu trop souvent agressé par des sentiments ne lui appartenant pas. Tout en prêtant une oreille particulièrement attentive, elle restait parfaitement immobile, telle une poupée de porcelaine qu'on aurait posé là et oublié, seule ses iris bougeaient, observant sans relâche le jeune homme, suivant les mouvements de ses mains, de ses doigts, de sa tête, c'était un spectacle assez impressionnant de voir quelqu'un dessiner.

Puis soudain, cet instant de calme absolu se rompit net. En effet, le prisonnier délaissa son calepin afin de pouvoir tenir sa tête entre ses mains, semblant être pris d'une douleur foudroyante. Inquiète, le mannequin se redressa aussitôt, aucun mot ne pouvant sortir de ses lèvres, elle avança sa main vers lui sans faire le moindre pas, voulant le toucher pour apaiser sa souffrance mais se ravisa aussitôt retenant son geste de son autre main comme si quelque chose venait de lui brûler les doigts. Heureusement, il se calma quelques secondes après et se remit au travail dans un calme sans nom, s'excusant simplement. La belle baissa légèrement la tête, confuse et attristée, elle murmura tout en se s’assaillant de nouveau :
- Désolée d'avoir posé la question ...

Encore quelques minutes s'écoulèrent avant qu'il ne se lève et s'avance vers elle, elle le regarda faire silencieusement, attendant qu'il lui tende le précieux carnet pour le prendre dans ses mains. Ses yeux s'écarquillèrent légèrement sous la surprise, elle reconnaissait parfaitement le décor qui y était dépeint, il s'agissait bel et bien de cette fameuse dimension étrange qu'ils avaient parcourut ensemble afin d'arriver aux dortoirs. Elle voulut le complimenter et le questionner sur son pouvoir, des questions emplissant son esprit comme un flot inarrêtable mais elle eut tout juste le temps d'entrouvrir les lèvres qu'il lui retourna sa question : Qui était-elle ? Reposant lentement le calepin sur ses jambes, elle émit un son faisant mine de réfléchir puis un léger sourire se traça sur ses lèvres pendant qu'elle se mit à expliquer :
- Tout comme toi, je ne sais rien de mes parents biologiques, ils m'ont abandonné quand j'étais bébé mais je sais que je suis née à Manchester, c'est un sans-abri du nom de Jarod qui s'est occupé de moi puis il m'a vendu à des gens. Je suis restée chez eux plusieurs années, travaillant au service de ma Patronne avant qu'un homme ne vienne m'acheter à son tour, c'est lui qui me nomma Lucylia, Lucylia Tristana Nicclas pour être exacte. Je l'ai accidentellement tué et c'est pour ça que je suis ici maintenant, devant toi.

En somme, elle n'était rien de plus qu'une marchandise, un jouet qu'on utilisait puis vendait au plus offrant. C'était ironique pour une jeune femme ayant la capacité de manipuler les sentiments des gens à sa guise … Mais c'est ainsi, elle n'avait pas choisis sa vie. Balançant lentement sa tête de droite à gauche, elle semblait réfléchir, finalement elle soupira et remonta son regard sur Virgil à qui elle adressa un beau sourire masquant ses inquiétudes. Combien de temps étaient-ils ici ? Elle n'osait pas y penser sans avoir une certaine appréhension.

Une petite larme, snif XP

Revenir en haut Aller en bas
Virgil Delano
avatar
Masculin Messages : 41
Date d'inscription : 19/10/2015
Localisation : Un lieu tranquille
Humeur : Confus
Age : 19
Emploi/loisirs : Lire
Feuille de personnage:
MessageSujet: Re: L'amusement n'attend personne [PV - Virgil] Jeu 21 Jan - 19:11

Virgil écoutait tranquillement la jeune femme en se concentrant sur le son de la voix plutôt que sur ce qu'elle disait. Ce court monologue de sa part, semblait pour Virgil, être une chanson qui suit le rythme de son interlocutrice plutôt que d'un simple dialogue qui se voulait révélateur ou presque. Les noms passèrent dans sa tête, des images stéréotypés de britanniques de toute sorte était imagé. Jarod, un pauvre britannique vêtu à la mode de la révolution industrielle britannique, une patronne de bordel habillé de grand jupon à l'air sévère, puis enfin, une image d'un gentleman typiquement anglais apparu pour représenter le père adoptif de Lucylia. Calepin en main, il dessina chaque chose que Lucylia lui racontait, Jarod, la patronne, son père, le meurtre, et continua de dessiner après que la belle ait terminé de raconter son histoire. En l'écoutant, Virgil éprouva de l'empathie à son égard, enfant de ruelle, manipulée et abusée, il ne pouvait s'empêcher que de comprendre la situation dont il avait brutalement révélé à Lucylia. Éprouvait-il du regret? Sans aucun l'ombre d'un doute, il a été trop direct dans son approche, mais le problème n'était plus là conclut-il en dessinant. Il prit le temps de finaliser son dessin, de faire quelques retouches et puis satisfait envers son travaille hocha de la tête pour donner son accord. Il porta son regard en direction de la belle pour lui répondre :

- C'est dommage de vivre ainsi, emportée par le courant du destin, contrainte par des forces obscures… La chance est drôlement faite, certains on tout ce qu'ils désirent, d'autres compromettent, beaucoup naissent avec rien, et rarement il y en qui naissent avec la plus étrange des chances qu'il ne peut y avoir… Bienfaisant pour l'un, cruel pour l'autre…

Avec un soupir, il se leva, avec le calepin en main pour lui montrer le résultat de son griffonnage, pour le montrer à la douce. La feuille fut placée à l'horizontal et le dessin commençait à la gauche. Il y avait un bébé aux cheveux mauves enroulé dans des draps entre deux poubelles, puis un autre dessin continuait cette chaîne, avec un sans-abris vêtu de vêtements qui datait de la révolution industrielle, avec une énorme barbe blanche ramassant le bébé. Par la suite, le dessin suivait affichait le vieillard qui tenait deux sacs avec le symbole de l'argent, avec un grand sourire, alors qu'un enfant aux yeux et cheveux mauves, se retrouvait désormais à côté d'une grande madame habillé d'une énorme robe rouge avec le derrière remonté. Encore, un autre dessin se retrouvait en bas, avec une adolescente, marqué par la couleur typique de l'améthyste, était maintenant au côté d'un gentleman anglais, habillé d'un tuxedo, d'un monocle, d'un chapeau haut-forme et d'une canne noir, alors que l'homme souriait, la femme était dépeint avec une mine triste. Au-dessus de de la tête de la jeune fille, il y avait d'écrit : Lucylia. Ce dessin était suivi par le meurtre du gentleman, qui fut dessiné sans tête, au milieu d'un pentacle ensanglanté, et d'une Lucylia au visage assombri. Cette épopée en image prenait fin avec ce dessin, une Lucylia neutre, qui marchait avec un jeune homme au cheveux noirs en direction des dortoirs, le tout dans un ton de gris assommant.

Après avoir montré le dessin, Virgil était souriant, espérant d'avoir pu égayer la journée de la belle comme cela fût le cas pour lui. Il prit la feuille, l'enleva du calepin et la donna à la belle, cela était un présent pour elle. Il prit la parole après ce long silence :

Comment-trouve tu mes dessin?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Feuille de personnage:
MessageSujet: Re: L'amusement n'attend personne [PV - Virgil] Jeu 21 Jan - 20:48

détails
Les liens qui se lient
L'amusement n'attend personne
ft. Virgil Delano
Ʃkaemp はは ™

Virgil se remit à dessiner pendant que Lucylia lui contait brièvement sa vie, elle n'en était nullement contrariée car elle savait qu'il l'écoutait avec beaucoup d'attention. Une fois qu'elle eut finis, il prit la parole, son discours semblait compatissant mais pourtant la jeune femme esquissa un rictus qui montrait sa mauvaise humeur, ce n'était pas de la colère, juste une sorte de tristesse amère. A vrai dire, elle avait espéré qu'il ne répondrait rien car peu importe ce qu'il aurait dit, elle n'aurait pas apprécié, rien ne pouvait apaiser les brûlures toujours présentes des cicatrices de son âme, ses souvenirs finiraient certainement par avoir raison d'elle.

Mais bon, il lui passa son dessin et elle l'observa avec attention, le détaillant … Il s'agissait de ce qu'elle venait de décrire, du moins, de l'interprétation de son spectateur, c'était très intéressant. Jarod, Patronne, Raven … Leurs apparences véritables étaient à mille lieux de ce qu'il avait imaginé mais malgré ça, elle ne put s'empêcher de rire aux éclats, pendant que des larmes chaudes s'écoulaient sur ses joues. C'était si touchant, qu'on puisse faire ça pour elle, que ce soit par obligation à son don ou simplement par gentillesse, elle n'en avait que faire, elle était profondément touchée.

Les êtres humains étaient répugnants et stupides, elle les détestait … Cela ne changeait pas son point de vue, toute fois, peut-être … Peut-être que grâce à Virgil, elle voyait une petite lueur d'espoir en ses prisonniers peuplant les lieux et dotés de pouvoir, il se pourrait qu'eux soit un peu moins dégoûtants que les autres. Ou du moins c'était pour son guide, l'idée qu'elle se faisait de lui, elle l'appréciait sincèrement, il était différent des autres, vivant dans un monde à part, un monde qu'elle trouvait incroyablement étrange, effrayant mais aussi profondément merveilleux.

La belle se jeta au cou du jeune homme, nouant ses bras autour de son cou, l' enlaçant passionnément, pleurant toujours, un large sourire sur les lèvres. Elle pressa fortement son corps contre le sien en s'exclamant :
- Je suis désolée de te faire subir de nouveau ça … J'avais juste … Juste besoin ... !

Elle le libéra aussitôt levant ses mains en l'air comme pour clamer son innocence. Elle avait un franc sourire très enfantin, les yeux pétillants de bonheur et les joues humides.

Ami, ami la la la ~ ♪

Revenir en haut Aller en bas
Virgil Delano
avatar
Masculin Messages : 41
Date d'inscription : 19/10/2015
Localisation : Un lieu tranquille
Humeur : Confus
Age : 19
Emploi/loisirs : Lire
Feuille de personnage:
MessageSujet: Re: L'amusement n'attend personne [PV - Virgil] Ven 22 Jan - 1:57

Virgil venait de lui donner son dessin, et tandis qu'il attendit une réponse à sa question, sagement assis sur le lit, un grand rire se fit entendre à ses côtés. C'était la belle, elle riait d'une façon qui rappelait la pluie. C'était réconfortant pour Virgil, son dessin lui avait plu, et elle était heureuse, ou du moins, elle le semblait, et cela eut pour effet de faire sourire Virgil. Était-il encore sous l'effet de son enchantement? Il l'ignorait, c'était un pouvoir très sournois qu'elle possédait, mais pas unique. Il y a bien des animaux dans la nature qui peut charmer le sexe opposé grâce à des méthodes indirectes. Le plus frappant est la fourmi qui dégage des phéromones sexuels pour appeler les fourmis à se reproduire, donc son pouvoir n'était qu'une manifestation de la nature, ou du moins, une version plus invasive de l'arsenal féminin, mais le résultat en était le même. Mais il ne pouvait pas s'empêcher de sourire tel un niais, il était là, en train de la regarder, en train de pleurer, pleurer pourquoi? Un autre mystère qui lui échappait, mais ce n'était pas un pleure de tristesse, mais plus de joie. C'était… émouvant, oui c'était bien le mot qu'il cherchait, mais soudainement, la belle qui pleurait changement rapidement d'humeur et enlaça Virgil au niveau du cou pour se coller à lui par la suite.


Surpris, la réaction du jeune fut de l’enlacer à son tour, ignorant quoi faire d'autre, il décida de ne rien faire, mais sa surprise fut encore plus grande quand elle s'excusait de lui faire encore subir, qu'elle en avait de besoin. Avant qu'il puisse faire quoique se soit, Lucylia se libéra de l’étreinte qu'elle avait-elle même entamée et elle était souriante, un sentiment honnête? Il ne le saurait le dire, par contre, il venait de comprendre comment ses « phéromones » fonctionnaient, et il ne put que respecter l'ingéniosité de ce don. Il regarda directement la jeune douce et il se leva tranquillement en direction de son havresac pour en sortir une paire de gants qu'il enfila tout aussi rapidement, plaçant ses manches dans les gants, et puis retourna au lit pour venir enlacer Saphir avec la même passion que la dernière fois avec la précaution de ne pas toucher de peau et murmura tranquillement, dû à la proximité :

-Tu n'as pas à t'excuser


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Feuille de personnage:
MessageSujet: Re: L'amusement n'attend personne [PV - Virgil] Ven 22 Jan - 14:40

détails
Un cadeau en retour
L'amusement n'attend personne
ft. Virgil Delano
Ʃkaemp はは ™

Il fallait l'avouer que ses gants étaient bien pratique, l’immunisant ainsi partiellement au pouvoir de la belle. Elle était ainsi heureuse, heureuse de vivre, d'être ici à Shikido et de pouvoir toucher quelqu'un sans qu'il soit sous son contrôle, tout ça alors qu'elle n'était ici que depuis quelques heures c'était incroyable. Continuant son étreinte avec le jeune homme qui venait de lui murmurer qu'elle n'avait pas à s'excuser, elle resserra un peu son étreinte en faisant grandement attention à ce que leur peau ne rentre pas en contact.

Le temps s'écoula donc lentement, Lucylia ne savait pas combien de temps exactement mais au vu de l'éclairage orangé berçant la pièce, ils avaient passé un assez long moment ensemble. Lucylia méta donc fin à leurs embrassades en reculant lentement et sourit au garçon, ses yeux glissants ensuite vers la fenêtre. Le soleil se couchait annonçant ainsi que la journée touchait à sa fin, elle se leva silencieusement et ouvrit sa valise, fouillant un peu, elle en sortit un cahier.
- Puisque tu m'as donné un dessin laisse moi t'offrir quelque chose aussi.

Elle s'approcha de nouveau du jeune homme et retira son casque pour le lui passer autour du cou. Choisissant dans son baladeur une instrumental, elle monta le son afin qu'il puisse l'entendre sans qu'il est à se couvrir les oreilles avec les écouteurs puis s'installa face à lui, bien droite. Elle enleva ses lunettes de soleil, les jeta à coté de son spectateur, inspira profondément, le temps que l'introduction de la mélodie se finisse puis se mit à chanter de sa voix claire. Les paroles étaient dans sa langue natale, elle pouvait entendre un vague écho des notes de musique  lui permettant ainsi de se repairer dans les chansons. Tout au long de sa chanson, jusqu'à la dernière phrase, ses yeux restèrent posés sur Virgil, ne le quittant qu'une fraction de secondes, juste le temps d'un battement de paupières puis …
- I'm the loneliest of all … Chanta-t-elle, en ramener ses mains vers sa poitrine pour les joindre, fermant les yeux le temps que l'instrumental se finisse.

Puis elle rouvrit les yeux en souriant, elle  ne s'attentait pas à une réaction en particulier, après tout, elle n'avait pas écrite cette chanson pour la faire écouter à quelqu'un à la base mais vu qu'elle voulait lui offrir quelque chose de personnel et qu'il s'agissait de la seule musi avait finis d'écrire et dont elle avait usé de son don pour obliger des musiciens à en faire une instrumentale, elle n'avait pas vraiment trop eu le choix.

La Chanson:
 

Ami, ami la la la ~ ♪

Revenir en haut Aller en bas
Virgil Delano
avatar
Masculin Messages : 41
Date d'inscription : 19/10/2015
Localisation : Un lieu tranquille
Humeur : Confus
Age : 19
Emploi/loisirs : Lire
Feuille de personnage:
MessageSujet: Re: L'amusement n'attend personne [PV - Virgil] Sam 23 Jan - 20:54

L'étreinte qu'ils partageaient dans l'intimité d'un coucher de soleil prit lentement fin alors que la douce Saphir se leva pour une raison inconnu de Virgil pour la voir se diriger vers sa valise, elle fouilla rapidement à travers son bagage pour chercher un objet quelconque, certainement un objet dont il allait en ignorer la fonction. Après quelques secondes, elle se retourna pour lui démontrer un cahier… Un cahier certes, mais pas un cahier de dessins comme Virgil avait l'habitude de traîner avec lui. Puis, elle sourit, et proposa de lui donner de quoi en retour pour les dessins. Humble, Virgil s'en allait pour décliner gentiment, mais il n'eut le temps que d'ouvrir les lèvres qu'elle s'était déjà rapproché de Virgil pour venir lui tendre une étrange pair de cache-oreille et le placer autour de son cou. Appréhensif, il palpa l'objet, se questionnant pour qu'elle avait une paire de cache-oreille en été, et pourquoi qu'elles étaient accrochées autour de son cou?

Son incompréhension face à la situation ne fit qu'empirer quand il entendit une musique sortir proche de ses oreilles. Il venait de réaliser que le son avait pour source l'étrange paire à son cou, mais son incompréhension se transforma rapidement pour devenir un mélange incohérent d'émotions tels que la crainte, le respect, de l'admiration. C'était la voix de la jeune belle qui vint apaiser notre Virgil. Ce n'était pas les paroles ni la mélodie en soi qui captivait Virgil, mais bien le son en lui-même qui sortait de sa bouche. Une harmonie sonore, qui ne cessait pas de l'étonner à chaque note que la jeune femme chantait. Obnubilé par le moment présent, Virgil avait perdu contact avec le temps, et cela ne dura qu'une seconde et elle avait déjà terminée sa chanson. Confus, il tenta de se relever, tout en plongeant son regard dans celui de la douce, mais chuta au sol à cause d'une maladresse.

Il ria, en regardant la belle, tel un niais avec un grand sourire, se releva pour de bon et jeta son regard en direction de la fenêtre embarré et vit le coucher de soleil au loin, mais elle était encore là. Il prit avec lenteur son havresac, rangea délicatement son matériel de dessin, et se rapprocha de la jeune femme. En cet instant, Virgil prit le temps de regarder la belle, éclairé par un mince rayon de soleil, ce qui donnait impression au jeune fou qu'elle était dorée. Il eu un petit sourire face à cette pensée, et puis sous l'effet de la passion, ou de l'enchantement, Virgil n'y pensait plus, il vint voler un doux baiser fugitif à la belle Lucylia avant de disparaître sous ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Feuille de personnage:
MessageSujet: Re: L'amusement n'attend personne [PV - Virgil] Sam 23 Jan - 21:36

The End
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Feuille de personnage:
MessageSujet: Re: L'amusement n'attend personne [PV - Virgil]

Revenir en haut Aller en bas
 

L'amusement n'attend personne [PV - Virgil]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le temps file, le temps n'attend personne... | Présentation d'Edward Stirling
» " S'il n'y avait personne sur terre, je resterais. Mais puisque ce n'est pas le cas, je m'en vais. ♦ PRIVATE ~ LILIETH"
» A quand l'arrestation de Lucifer en personne?
» Plus rien, ni personne. (libre)
» A la recherche d'un amusement quelconque... [libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pension Shikido :: Le bâtiment scolaire :: ✪Rez-de-chaussé :: •Le Hall-